A table ! La Chine, côté baguettes…

Yummy China ! Donnez-moi donc des baguettes, du riz, et un peu de ce plat étrange mais alléchant… Chaque jour ou presque, depuis notre arrivée en Chine le 1er mars, on goûte des choses nouvelles. A l’occasion de la publication d’un de nos articles sur Caraporters.fr (http://www.caraporters.fr/pekin-un-diner-dans-les-dedales-de-wangfujing-2760/) où l’on parle de la street-food pékinoise, on s’est dit qu’on allait élargir un peu le sujet et vous parler de ce qu’on déguste, ici…
Je ne m’attendais pas à ce que nos estomacs soient tant sollicités en Chine. Et pourtant. Il y a à manger partout, tout le temps. A toute heure, les guinguettes tournent (mais attention, le soir, les Chinois mangent tôt). Mon seul regret : l’absence de desserts !

Pékin. Tellement absorbés par la Russie et par la Mongolie, on avait carrément oublié qu’on passerait en mode « baguettes ». Mais on s’y est très vite fait et Manu a remplacé sa passion des pâtes au beurre par celle des bols de nouilles chinoises, même s’il est toujours un peu compliqué de savoir vraiment ce que l’on commande. Comme il ne mange pas les champignons, je fais office de gouteur officiel et il nous est arrivé de devoir échanger nos plats après la découverte d’un petit mushroom chinois. Qu’importe : moi, j’aime tout ! Avec Antonio et Rachel, nous avons eu la chance de déguster un vrai canard laqué à la pékinoise, dans un resto de famille, un dimanche midi. Le canard est découpé à la table par le chef, et ensuite, on s’amuse à assaisonner des petites crêpes que l’on garnit de canard. Tellement bon ! Avec ça, une foule de petits plats (porc au caramel, épinard aux cacahuètes, racines de lotus… ) donne de belles couleurs à la table. J’aime définitivement cette manière de faire : on commande quelques plats, très différents, et ensuite, chacun pioche où il veut.
On est aussi tombés amoureux des dumplings, ces raviolis de viande cuits à la vapeur et parfois à la poêle. Très simples et rapides à préparer, pas chers du tout, c’est à chaque fois un vrai plaisir.
Et dernier petit détail sucré : Rachel nous a emmené dans une succulente pâtisserie pékinoise, où des tas (véridique) de gâteaux traditionnels tapissaient toute la boutique. Nous avons testé un très bon gâteau aux dattes, et des petits biscuits fourrés aux haricots rouges ou au thé vert. Vraiment très très bon.

Shanghaï. En manque aigu de fromage, Manu craque et commande une pizza. C’est un peu la déception : ici, elles sont toutes petites et pas si bonnes. En même temps…
Ici, on a surtout flashé sur une petite chaine pas chère du tout et très bonne, Yoshinoga (sans doute pas chinois, d’ailleurs…). Au menu, bols de nouilles ou plats de riz avec une viande en sauce. Une petite déception, quand même : parce que nous ne pipons pas un mot de chinois, on s’est retrouvés un soir avec un gros tas de tranches de poulet gras et très froid, pas du tout appétissant. Déçus, on s’est dit qu’on se méfiera la prochaine fois…
Un grand mystère subsiste : dans la rue, beaucoup de vendeurs proposaient des branches de bambou « taillées » (je veux dire, comme on taille un crayon) et les gens achetaient ces fines lamelles fraichement coupées. Je n’ai pas pris le temps de goûter, mais ça m’a beaucoup intriguée !

Chengdu. On nous avait dit, « attention, dans le sud c’est « spicy ». Bien sûr, on avait dit « oui oui » et ces bons conseils ne nous sont revenus en mémoire qu’après avoir croqué dans ces haricots verts sur-piquants. Cela dit, ce n’est pas piquant au sens où on l’entend chez nous. C’est.. « picotant ». Les épices du coin font pétiller la langue et les lèvres, provoquant une sensation de chaleur mais pas de réelle douleur. En réalité, on s’y fait vite. On ne s’attendait pas à trouver ces épices jusqu’à dans les petits légumes…

Dali et Lijiang. Comme à Chengdu, tout est bon, mais tout est piquant. Même un pauvre bol de nouilles. A Dali, j’ai été intriguée par une sorte de crêpe piquée sur un bâton que les gens mangeaient dans la rue. J’en prends une… Et il me semble que c’est en réalité une feuille de fromage, où une sorte de pâte faite de lait rance, tartinée d’une confiture de prunes (je crois… ) marinées, presque alcoolisée.
Ce n’est pas mauvais, mais pas folichon non plus (les crêpes suzette, c’est meilleur, quoi).
Lors de notre balade à vélo au bord du lac Erhai (vous en saurez plus dans la note de demain, héhé) nous avons mangé une sorte de crêpe de riz, badigeonnée de pâte de cacahuètes. La cuisinière y place ensuite une sorte de gratin de pommes de terre avant de plier le tout ! Pas l’invention du siècle, mais ça avait le mérite de mélanger plein de trucs rigolos. Et ce soir, nous avons prévu de manger dans les gargotes du centre de Lijiang : petites brochettes, pains fourrés, nouilles sautées.. Ca va être bon, tout ça ! A nous les baguettes !
Refroidis par la foule, nous avons juste gouté de délicieux beignets de poissons et crevettes avant de nous rabattre à l’intérieur. Non, ce n’est pas ce soir qu’on allait goûter les brochettes de larves…

Et sinon, rien de bizarre?
A part quelques boutiques de « viande de yack » ici à Lijiang et un bol de soupe de chien gouté en Corée du Nord (donc, pas en Chine) nous n’avons pas vu tellement de choses hors du commun. Il semblerait que les Chinois aiment beaucoup grignoter, comme on mange des bretzels en Alsace, des pattes de poule. C’est presque une confiserie : la patte de poule (qui semble cuite et assaisonnée) est vendue froide, sous vide, et il suffit d’ouvrir le paquet et de la mâchonner tranquille. Je n’ai pas tenu à goûter mais notre camarade Dominik nous a expliqué que c’était décevant : ça n’a pas tellement de goût, parait-il.

Publicités

4 réflexions au sujet de « A table ! La Chine, côté baguettes… »

  1. Pour être allée en Inde, ça a l’air un peu similaire dans le genre plein de petits stands de nourriture partout, pour manger à n’importe quelle heure du jour et de la nuit (en Inde, il nous est même arrivé de réveiller un cuisinier qui dormait sur le sol de son stand!)
    Mais le truc des insectes et autres scorpions, faut quand même une sacrée dose de courage!! Je crois que je n’oserais pas tester hihi!

    Mais c’est vrai que c’est rigolo de commander un truc, sans trop savoir, et de voir arriver un plat vert ou jaune flashy, et puis de manger sans toujours trop savoir ce que c’est!!

    Bon appétit, que de découvertes culinaires qui vous attendent encore ces mois qui arrivent.
    Profitez en à fond. Vos estomacs aussi… et la tourista dans tout ça? Une légende?

    Gros gros bisous

  2. Voila que je suis affamée maintenant! J’adore les dumplings et je vais régulierement au resto chinois a Londres pour en manger. Sinon le gateau au thé vert fourré d’haricot rouge sucré, je pensais que c’était japonais? Mais c’est tellement bon….

  3. Ping : Asie, le bilan final de Manu | Longs Courriers, le blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s