Le sourire de la baleine à bosse

vlcsnap-2013-07-25-13h41m29s198

En fin d’après-midi, le ballet des baleines commence…

La baleine qui barbotait au loin disparaît. Nous scrutons patiemment la surface de l’eau parce que nous savons qu’au bout de quelques minutes, elle viendrait reprendre sa respiration. On attend. On ne s’attendait pas à l’entendre ressortir à quelques mètres de nous. La baleine est juste là, à l’arrière du bateau : elle est curieuse, elle aussi. Sa peau lisse et caoutchouteuse brille au soleil, nos yeux élargis font de même. On se sent si petit, si timide face à un mastodonte de la sorte, doux comme un mouton mais costaud comme un autobus.

Déjà émus de voir cet animal si rare et si mystérieux au large, nous n’en revenons pas d’avoir l’honneur de l’observer de près. Les passagers, réservés auparavant, se lâchent, se rapprochent. Quelques larmes coulent mais on rit, on rit, on n’en revient pas. Le skipper aussi, pourtant habitué, semble baba et sort son appareil photo. La baleine, elle, elle s’éclate. Elle longe le bateau, nous montre son ventre, ses nageoires, sort la bouche et semble esquisser un sourire. Nous sommes à peine à quelques centaines de mètres des plages de Nouméa et la voilà. Toute contente d’avoir rejoint les eaux chaudes de Calédonie, la baleine est tout de même fatiguée par les 4000 kilomètres qu’elle a parcourus depuis l’Antarctique. Tu m’étonnes.

L'équipe prête à démarrer, à 6h du mat...

L’équipe prête à démarrer, à 6h du mat…

9 chances sur 10, il disait, le skipper. 9 chances sur dix d’apercevoir des baleines lors de cette sortie en mer. Naturellement, impossible de promettre la rencontre avec ces animaux rares et sauvages. L’accent est également mis sur la charte signée par les professionnels du « whale watching » en Calédonie depuis 2008. Les bateaux ne peuvent s’approcher à plus de 100 mètres d’une baleine (mais elle peut choisir de s’approcher elle-même) et ne peuvent observer un animal à plus de quatre bateaux à la fois. D’ailleurs, une session d’observation ne peut pas durer plus d’une heure sous peine de stresser l’animal. « Depuis que nous appliquons la charte, nous voyons plus d’animaux et nous notons beaucoup moins de signes de stress chez les baleines ». Tout le monde est content.

vlcsnap-2013-07-25-13h33m45s102

Et quand, ce matin là, nous finissons par nous éloigner de notre copine la baleine, c’est précisément notre état. La journée est d’ores et déjà réussie. On poursuit la route, repus, presque pas étonnés de croiser des dauphins ici ou là. Nous rejoignons un autre bateau qui observe un couple de baleines qui font leur petite vie. « Assez peu actifs », note l’autre skipper. On admire à nouveau les animaux de loin, avec, on le confesse, un peu moins d’étonnement que la première fois. Je risque même de m’endormir dans le filet à l’avant du bateau. Jusqu’à ce que Manu me secoue pour me montrer que les baleines se sont approchées. Je regarde distraitement… Et là, à une quinzaine de mètres, une baleine surgit de l’eau comme une torpille pour se laisser retomber comme une crêpe. Plouf. Cris d’étonnement. La coquine se lance alors dans un festival de sauts, rapidement rejointe par l’autre baleine. Ca rebondit dans tous les sens, et sur le bateau, tout le monde est hilare. On savait que l’on avait déjà eu beaucoup de chance le matin, là, c’est juste trop. Nouvelle vague d’émotion, devant nous, les deux baleines se lancent dans un ballet synchronisé, sautant l’une après l’autre, agitant leurs nageoires hors de l’eau en rythme.

IMG_8773

Le sourire de la baleine…

Mais l’heure tourne et il nous faudra cinq heures de bateau avant de revoir Nouméa. On fait machine arrière. Le vent se lève, la pluie menace, mais qu’importe : même un typhon ne décrocherait pas notre sourire. « C’est seulement le début de la saison, mais j’avoue que cette journée sera dans le top 10 cette année », confie Gilles, le skipper.
Ravis d’avoir fait la rencontre des baleines de si près, nous nous étonnons d’apprendre à quel point nous ne savons rien de ces animaux mystérieux. On a su le chasser depuis de nombreuses années, mais aujourd’hui, on ne sait toujours pas grand chose sur sa reproduction, sur ses moyens de communication, sur son espérance de vie… « Plus de cent ans », selon Gilles. On est bien peu de choses…IMG_8892 IMG_8842 IMG_8772

IMG_8632

Publicités

9 réflexions au sujet de « Le sourire de la baleine à bosse »

  1. Des baleines … les veinards, je n’en ai encore jamais vu !!! Rien qu’à lire votre billet, l’émotion me monte aux yeux alors si je les avais vues en vrai !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s