En Bolivie, on passe en mode « famille »

IMG_0533Notre principale mission à La Paz ? Accueillir ma maman, Annick, ma tante, Nathalie, et mon oncle, Jean-Marc, tout droit arrivés d’Alsace pour deux semaines de vacances… On les attendait, ces joyeuses retrouvailles et cette fameuse soirée « fromages, vin et pyjama » !

Commençons par le menu ! Après deux journées de repos, de balade et de programmation à la Paz, nous allons, dans quelques heures, prendre la route pour le lac Titicaca, où nous passerons deux jours. Ensuite, cap sur le salar d’Uyuni, en faisant étape à La Paz et à Oruro. De là, nous prendrons le train pour rejoindre Uyuni. On a hâte, on n’a pas pris de train depuis la Birmanie et ce moyen de transport nous manque. Après trois jours de balade dans le salar et les déserts qui l’entourent, on met le cap sur Sucre, où l’on prévoit de rester deux jours. On finira en beauté avec un week-end de fête à Potosi, les 30 et 31 août. Ensuite, il n’y aura plus qu’à rentrer à La Paz, pour profiter encore de l’ambiance bolivienne avant de se faire nos adieux.

IMG_0551
Mais rembobinons un peu !

Après une agréable pause à Arica, on prend le bus qui nous emmène du Chili en Bolivie par une route magnifique. Ca faisait bien longtemps que l’on avait pas passé de frontière terrestre mais celle-ci ne sera pas notre préférée : on souffre un peu de l’altitude – ou juste de la conduite – et le bordel vivant et poussiéreux du poste frontière nous étouffe plus qu’il nous fait sourire. A la tombée du jour, on arrive à La Paz par le haut, on traverse l’Alto avant de descendre vers le coeur de la ville. On retrouve avec plaisir l’ambiance folle et grouillante des grandes villes que l’on avait découvert en Asie…

IMG_0495Nous avons une journée « libre » avant l’arrivée des Alsaciens. On en profite pour se balader au hasard des rues, on découvre la place San Francisco, on descend le Prado, on atterrit près de ce parc urbain et vallonné qui trône au creux de la ville. Par hasard total, on retrouve Léa et Simon, deux Allemands que nous avions rencontré à Calama, au Chili. On marche, on bavarde, on mange… Et on finit vite la journée, complètement fatigués. A six heures du matin, on est dans le taxi pour aller réceptionner Annick, Nathalie et Jean-Marc. On les retrouve comme si on les avait quittés la veille. Empilés dans un taxi, on découvre une La Paz bleue et jaune, au lever du soleil. C’est beau. Et c’est dimanche : après avoir posé les sacs à l’hôtel, on tourne en rond pour trouver un endroit chaud où prendre le petit déjeuner. A peine arrivés, les vacanciers attaquent déjà la visite. Sur le Prado, on apprend qu’une fête « culturelle » se prépare. Un peu plus haut, sur une place ensoleillée, on goûte un verre d' »api », une boisson rouge foncé, chaude, épaisse et sucrée que les Boliviens aiment prendre le dimanche matin, à en croire nos voisins. C’est très bon, il y a même une version « jaune » qui nous plait tout autant.

DSCN0422Nos visiteurs ne semblent pas trop souffrir du mal des montagnes. Mis à part une grosse fatigue et quelques essoufflements, ils sont d’attaque en moins de 24 heures ! Une bonne partie de notre temps à été consacrée à la réservation de bus, de trains, de visites. Le reste, à la balade, à pied (et en collectivos, ces vans qui emmènent leurs clients d’un bout à l’autre du centre-ville pour un ou deux bolivianos). Dans nos assiettes, il y a surtout des empenadas et des plats mixant un nombre records de féculents : riz, pâtes, pommes de terre… On quitte La Paz en sachant bien que l’on n’a ni tout vu, ni tout fait. Défi impossible. On reviendra dans une dizaine de jours, avec une connaissance bien meilleure de la langue et du pays…

Publicités

7 réflexions au sujet de « En Bolivie, on passe en mode « famille » »

  1. Bonjour les voyageurs!

    Je suis votre trajet depuis un bon moment et comme je l’ai dit précédemment, si vous avez besoin d’un pied-à-terre entre New York et Boston, Providence vous attends!!

    Anne-Caro

    • Salut Anne-Caro ! Bien sur, j’ai gardé ton email precieusement, on serait ravis de découvrir Providence grâce à toi :) je t’écris quand on sait exactement quand on sera dans les parages… Mille mercis et grosses bises !

  2. Je me suis encore prise à sourire comme une andouille seule devant mon écran, j’avais hâte avec vous de retrouver la famille. Comme ce doit être agréable, au bout du monde, de retrouver un petit bout de « terre connue ». Profitez bien ! Bises

  3. Du coup vous êtes en quelle langue ? Ça revient à quelle vitesse, l’espagnol ? Et les prononciations sud-américaines de l’espagnol peuvent être un peu déroutantes, non ?
    Bisous
    C&D

  4. C’est super de se retrouver en famille quand on s’est expatrié dans un pays étranger. Surtout quand c’est elle qui vient se déplacer pour venir vous retrouver en Bolivie. Cela permet de renforcer les liens familiaux, surtout quand vous vous rappellerez des bons souvenirs et des anecdotes que vous y avez vécues. Du coup, vous pouvez jouer un peu les guides.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s