Un début d’hiver à New York

On rigole pas avec le drapeau...

On rigole pas avec le drapeau…

Nous y voilà. Premier jour de décembre. Nouvelle bougie pour moi, et implacable réalité : dans quelques jours, on retourne sous les tropiques françaises. Notre dernier bout de chemin, c’est le nord-est des Etats-Unis, entre New York et Montréal, au Québec.
New-York, sacrée étape. Au début on se voyait pas vraiment y arriver. Mais nos mollets et nos cervicales le confirment… On marche beaucoup, les gratte-ciels sont infinis. On est à New-York, quoi. Voilà, en quelques points, ce qu’on a aimé découvrir alors que l’hiver, tout doucement, faisait son entrée, et que notre budget se ratatinait comme une fleur fanée. Hors le match de foot qui était dans la to-do list de Manu depuis le départ, tout ce qu’on a fait est gratuit !

Central Park sans les feuilles 

Passage obligé du newbie à New York, notre longue balade dans Central Park restera un très bon souvenir : ciel bleu, froid vivifiant, écureuils qui dansent un peu partout. Depuis quelques jours, le parc est jaune et orange. 4 kilomètres sur 800 mètres de chemins, bancs, étangs, kiosques, grands arbres… En plus d’être au centre de Manhattan comme son nom l’indique, le parc est pris d’assaut par les habitants, surtout en cette période de vacances de Thanksgiving. Il y a des enfants partout, les coureurs slaloment entre eux. Nous, on traverse dans un sens, puis dans l’autre, profitant du soleil d’hiver qui donne une jolie couleur aux buildings qui entourent le grand parc. Prévoir une après-midi ici, c’est le minimum syndical !

J'ai trop aimé ce pont !

J’ai trop aimé ce pont !

Mettre les pieds au mémorial du 11-Septembre

Le 11 septembre 2001, jour où « tout le monde se souvient où il était quand… ». On l’entend très souvent. Nous sommes arrivés à proximité du World Trade Center (le nouveau) presque par hasard, on décide sur un coup de tête d’aller voir le mémorial inauguré il y a deux ans. Je ne m’étais pas renseignée du tout : j’avais bien sûr vu les images de ces noms gravés dans le métal, sur des mètres et des mètres. Mais c’est tout.
L’effet de surprise était donc total. Après avoir passé les multiples contrôles de sécurité, on arrive sur une large esplanade. Nous sommes arrivés à la tombée du jour, les seules sources de lumière étaient les buildings autour et les fameux bassins. Je dois dire que la forme choisie pour ce mémorial m’a semblé très réussie : dignes, émouvants, simples et énormes, ces bassins où l’eau dévale avec force laisse tout l’auditoire silencieux. C’est fort. On fait le tour, on caresse quelques noms.

20131201-134934.jpg
Je regrette simplement le côté « barricadé » de ce lieu. Contrôle, barrières, policiers partout… Ne serait-il pas mieux de faire de cet endroit un lieu de vie, où flotte pour toujours le grondement des fontaines ?

La statue de la liberté, sans payer 

Après le mémorial, on marche jusqu’à l’embarcadère du ferry pour Staten Island, non sans traverser Wall Street et passer devant le New York Stock Exchange. Je ne sais pas pourquoi, j’imaginais un grand écran avec toutes les valeurs boursières. Mais non.
On embarque sur le ferry pour Staten Island qui est…gratuit ! Le prendre de nuit est malin : on découvre alors le centre de Manhattan vu de loin, tout en lumières. Après cette première surprise, voici la célèbre Statue de la Liberté ! C’était pas notre objectif premier mais c’est sympa de lui faire un petit coucou… Après ça, on a pas eu trop le temps de voir à quoi ça ressemblait, Staten Island, on a pris le ferry dans l’autre sens. Une bonne occasion de voir New York sous un autre angle en gardant ses dollars au chaud…

20131201-135112.jpg

Un match de foot américain… en vrai !

C’était un peu la cerise sur le gâteau du voyage de Manu. Pendant de longues heures, il a cherché tel un renard les billets de football américain les moins chers de la saison. Il fallait une équipe pas trop en vogue, dans une ville où nous faisons escale. Le basket, c’est bien plus facile : 20 dollars le billet dans les hauteurs du stade, c’est vraiment un bon prix. Mais le football américain… Minimum 100 dollars le billet ! Mais bon. C’était l’occasion. Un coup de tête et hop, nous voilà embarqués pour la rencontre New Yorks Giants – Dallas Cowboys. Température prévue : 20 degrés… Fahrenheit ! Autant dire rien du tout. Glacial.

Grosse ambiance.

Grosse ambiance.

Encore une fois, je ne pige pas grand chose au football américain mais tout était dans l’ambiance. Un vrai bout d’Amérique. Coup de bol : nos vestes sont bleues et rouges, comme l’équipe de New York. On arrive une heure avant, on est très haut dans le stade et le vent est méchant. Très méchant. Nos voisins sont venus avec des couvertures, les malins. Le match va commencer, mais avant, c’est le moment de l’hymne. On rigole pas. Drapeau déplié, piano à queue, tout le monde debout main sur le coeur et bonnet sur le siège, et feux d’artifices pour finir. Y’a du niveau…

C’est parti pour quatre heures de match. J’ai suivi les vagues, applaudi quand les voisins applaudissaient. Je n’ai pas trop compris, simplement que les Giants étaient dans une mauvaise passe, et finalement, on perdu de trois pauvres petits points. Dur ! Drôle de moment, super important pour Manu, intéressant pour moi aussi…

Thanksgiving dans la rue

On avait carrément changé le planning pour pouvoir être à New York à Thanksgiving, jour où d’énormes ballons gonflés à l’hélium défilent dans les rues. Une sorte de carnaval à l’effigie des héros préférés des Américains : Sponge Bob, Spiderman, Ronald Mc Donald. Finalement, je crois que c’était limite plus intéressant à suivre à la télé… Dans la rue, tout était bloqué, les foules étaient denses, c’était assez dur de naviguer. D’un autre côté, la journée était magnifique et c’était un vrai plaisir de marcher en plein milieu des grandes avenues habituellement encombrées de voitures. Là, les piétons étaient les rois !

Sur ce, après un dimanche de pose, on se prépare à reprendre la route pour… Providence ! Ensuite, on fera une dernière étape à Boston avant de passer la frontière pour Montréal !

Publicités

3 réflexions au sujet de « Un début d’hiver à New York »

  1. Génial !! Profitez bien ! Boston est superbe, Providence canon, toute la remontée vers Montréal, magique… Bref vous allez aimer j’en suis sûre ! Si vous pouvez passer par les Adirondanks et vous arrêtez à Lake Placid, c’est pas mal non plus ;)
    Bizooox, à bientôt !!! Et bon anniversaire belle Sarah !

  2. Je serais presque déjà nostalgique dis donc… Je me demande bien ce que je vais faire quand vous serez rentrés… Longs Courriers me manquera. ^^ En attendant, je me dis en voyant ces photos que New York à cette époque, ça doit quand même être quelque chose, on a l’impression d’être dans un film (encore plus qu’en temps « normal » peut-être…). Et ça me donne trèèèès envie d’aller y refaire un tour. Elles sont toujours aussi jolies, d’ailleurs vos photos… Des bises, bonne suite de voyage !

    • Merci Lucie !
      T’as raison, « c’est quand même quekchôôôôôz! » :D
      Je m’en veux un peu d’écrire moins, alors que paradoxalement on a… plus de moyens de se connecter :) mais plein de choses sont en préparation et feront durer l’aventure après le retour. Merci pour ton suivi sans faille qui fait chaud au coeur ! A ton tour de faire ton sac ;) Gros bisous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s